Produire un message médiatique en troisième

Article rédigé par MMe Gonçalves  (professeur d’anglais), Mme Thoreson (professeur d’espagnol) et Mme Almayrac (professeur documentaliste)

Parmi les contenus de l’Education aux Médias et à l’Information proposé par le CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information) et repris dans l’article d’Isabelle Tourron (professeur documentaliste à l’ESPE de Lyon) sur le site Savoirs CDI, on note la présence de la capacité: « produire un message médiatique ». C’est cette dernière que nous avons travaillée avec nos élèves de troisième au cours de deux séquences distinctes, l’une en anglais, l’autre en espagnol.

1.     La production d’un message médiatique : de quoi s’agit – il en théorie ?

Produire un message médiatique nécessite que l’on interroge sept points distincts (cf : travaux du chercheur canadien Jacques Piette) http://www.cahiers-pedagogiques.com/Education-par-les-medias-ou-aux-medias

Lors de nos séquences, nous avons choisi de mettre l’accent sur :

  • la typologie à laquelle appartient ce message (promotion, information, pédagogie…)
  • le public visé par celui – ci.

De manière moins approfondie, nous avons aussi travaillé :

  • la manière dont le langage transmet le message
  • la technologie utilisée pour le transmettre
  • la façon dont la réalité est appréhendée (représentation)
  • l’identification du producteur du message

 2.     La production d’un message médiatique : deux exemples de travaux d’élèves de troisième

2.1      Une production collaborative : la vidéo de présentation de la ville de Montauban réalisée dans le cadre du cours d’anglais

L’objectif était de créer un message promotionnel présentant les atouts de la ville de Montauban. Le public visé était un groupe de visiteurs britanniques qui consultait le site internet de l’office de tourisme. Aucune consigne précise n’a été donnée sur la tonalité à employer dans le message. Les élèves adoptent la plupart du temps un ton neutre, se contentant de décrire des monuments sans y apporter d’aspect subjectif. Le logiciel utilisé pour réaliser cette vidéo est photorécit. Celui – ci permet de créer une vidéo à partir de photos et d’intégrer du texte et du son.

Les élèves devaient donc endosser le rôle d’un membre de l’équipe de l’office de tourisme montalbanais et  prendre conscience des responsabilités qui peuvent être engagées lorsqu’on publie sur le web dans le cadre d’un métier précis et d’une mission que l’on doit mener à bien. C’est la raison pour laquelle un travail préalable a été mené sur l’utilisation des photos sous licence creative commons.

Creative Commons fiche élève

 2.2      Une production artistique : présentation d’un groupe d’artistes qui a adapté les Ménines de Vélazquez dans le cadre du cours d’espagnol

 L’objectif était de créer un groupe artistique et de produire une adaptation des Ménines de Vélazquez. Le groupe devait imaginer sa propre biographie et la présenter à leur professeur sous la forme d’un oral. Au cours de cette présentation, il devait aussi détailler le travail artistique mené pour aboutir à l’adaptation des Ménines. Les élèves avaient le choix de viser un public restreint (celui d’un musée spécifique par exemple, d’un groupe d’amis ou de collègues) ou un public plus large composé d’internautes du monde entier. Dans ce dernier cas, nous imposions la contrainte d’une production qui respecte les règles de droits élémentaires (droit d’auteurs, droit à l’image, copyright et licence creative commons).Ces notions avaient été préalablement vues en anglais avec 2 classes sur 3.

3.Bilan

Il est intéressant de constater que la classe qui n’avait pas travaillé en anglais au préalable n’a produit que des adaptations des Ménines destinées à un public restreint. Le fait de rechercher des images sous licence creative commons pour effectuer leur travail ou de réaliser des productions originales imposaient aux élèves, des contraintes trop importantes par rapport au bénéfice qu’ils pouvaient en retirer.

En revanche, au niveau de la production orale du groupe en espagnol, les élèves se sont appliqués à défendre leur projet en tant qu’artistes:

  • Efforts au niveau de la prononciation et de l’accentuation.
  • Attention toute particulière à produire un message en interaction (des élèves s’étaient réparti les différents points à aborder).
  • Travail sur l’argumentation pour expliquer leurs choix.
  • Volonté de rendre le message attractif.

A propos cdisttheodard82

Professeur documentaliste au collège Saint - Théodard de Montauban
Cet article, publié dans Troisième, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s