Séquence « Be Safe surfers » (anglais – EMI) : les cartoons

Article rédigé par Mme Goncalves et Mme Almayrac (3/11/2014)

Cette séquence est née de la volonté d’un travail commun entre professeur d’anglais et professeur documentaliste. Le thème de la sécurité des jeunes sur internet avait déjà été abordé les années précédentes dans le cours d’anglais. Il s’agissait d’inciter les élèves à communiquer sur un sujet qui les touche particulièrement, à savoir l’utilisation des réseaux sociaux. Introduire des notions d’EMI (https://cdisttheodard82.wordpress.com/a-propos/emi-une-nouvelle-discipline-scolaire/ ) dans ce contexte avait pour but d’approfondir les arguments que les élèves pourraient utiliser au cours de leurs discussions.

1. Créer un cartoon (dessin humoristique) à mi – parcours de la séquence pour exprimer sa vison de l’amitié en et hors contexte numérique

Voici le travail qui a été demandé aux élèves :

Créer un dessin humoristique qui illustre votre point de vue sur les réseaux sociaux et l’amitié ou les amitiés qui s’y rapportent.

Consigne en anglais : Create a cartoon which illustrates your vision of social networks and friendship(s)

Nous vous présentons ici, les dessins que nous avons choisi de publier :

2. Choix de publication : investissement personnel de l’élève et autorisation de diffusion

Devant la qualité des travaux de nos élèves et leur investissement personnel dans ce travail, nous avons choisi de franchir le cap et de proposer à certains d’entre eux une publication sur le web. Ne sachant pas dés le départ de la séquence, si ce blog pourrait être créé, aucune consigne particulière liée à la démarche de publication n’avait été donnée. Les élèves étaient donc autorisés à faire des collages, des montages et à utiliser une image libre de droit si la source était citée.

Cependant, il n’est pas aisé pour un élève de repérer dans la somme d’images disponibles sur le web celles qui sont exploitables librement pour une publication sur le web ou non. Sans formation préalable, la tâche ne peut être réalisée convenablement. C’est la raison pour laquelle nous avons privilégié les dessins originaux des élèves.

Une fois cette étape réalisée, nous avons demandé les autorisations nécessaires :

– aux élèves concernés : publier un travail dans lequel on s’est investi relève de l’intime. On s’expose aux avis et parfois même aux critiques des autres (des élèves de sa classe jusqu’à l’internaute inconnu). Bref, ce n’est pas une démarche qui coule de source. Ainsi, certains de nos élèves ont refusé d’être publiés, d’autres nous ont demandé de rester anonymes. Ces réactions légitimes ont donné lieu à des discussions très intéressantes qui témoignent d’une réflexion certaine des élèves à ce sujet. Enfin, pour d’autres élèves, la possibilité d’être publié a motivé un approfondissement de leur travail. Certains dessins n’étaient pas abouti et les élèves ont choisi de les retravailler pour vous les présenter.

– aux responsables légaux : ces derniers ont donné leur accord lorsque l’élève souhaitait publier.

3. Bilan : Que donnent à voir les cartoons des élèves ?

Les travaux publiés ici tendent à montrer que les élèves connaissent les principaux dangers liés à l’utilisation des réseaux sociaux. Ils évoquent les idées de trahison, de dépendance ou encore d’intimité non préservée.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les travaux des élèves ne dégagent aucun sentiment exclusivement positif en rapport avec l’amitié sur les réseaux sociaux. Nous sommes dans le cadre d’un travail scolaire qui répond à une consigne et qui est influencé par les documents utilisés à ce stade de la séquence. Expriment – ils le fond de leur pensée ou ce qu’ils croient que les professeurs souhaitent qu’ils expriment ? La question reste entière.

Toutefois, lors de prises de parole menées en début de séquence (et donc avant que les documents supports ne puissent influencer leur pensée) et des débats en classe, certains élèves ont rejeté lidée des réseaux sociaux comme outil positif de communication et un petit nombre a même précisé quil ne les utilisait pas.

A linverse, toujours lors des débats, beaucoup délèves ont mis en avant les aspects positifs des réseaux sociaux.

La production finale de cette séquence, à savoir la rédaction d’un avis à publier sur un blog devrait nous en apprendre davantage encore. Suite donc au prochain épisode.

Pour en savoir plus sur l’organisation et les différentes étapes de la séquence, vous pouvez consulter le lien suivant :  Détail de la séquence

A propos cdisttheodard82

Professeur documentaliste au collège Saint - Théodard de Montauban
Galerie | Cet article, publié dans Troisième, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.